Qui suis-je ?

Je m'appelle Nicole JADIN. Je suis titulaire d'un D.E.S.S. (Diplôme d'Etudes Supérieur Spécialisé) de psychologie clinique et pathologique, obtenu à l'Université de Rennes II en 1992.

 

Forte d'une expéirence de plus de 25 ans, ancien expert judiciaire auprès de la Cour d'Appel d'Aix en Provence, je suis formée :

 

- en psychothérapie pour les adultes, les adolescents et les enfants,

- en psychothérapie par le jeu pour les enfants,

- en PNL (Programmation Neurolinguistique)

- en TCC (Thérapie Cognitivo-Comportementale)

- en Hypnothérapie.

 

Je suis inscrite sur le registre ADELI de l'A.R.S. (Agence Régionale de la Santé) sous le numéro 849306915 et à l'URSSAF sous le numéro 405 102 229 00052.

Pourquoi aller voir un "psy" ?

La vie n'est pas toujours facile à vivre, certains évènements douloureux peuvent bousculer notre équilibre, parfois brutalement ou très lentement, à bas bruit. D'ailleurs, il n'est pas toujours aisé de comprendre les processus qui nous amènent à ce que l'on peut ressentir comme une impasse ou tout simplement comme un passage difficile à vivre.

 

Un psychologue peut alors vous aider à y voir plus claire, à comprendre, à analyser, à faire le point et, pourquoi pas, à opérer des changements que l'on souhaite pour soi.

Vers quel "psy" se tourner

 

Il peut être utile d'éclaircir la jungle des psy en tout genre.

 

En première lieu, il y a le psychiatre, qui est un médecin ;  Ses consultations sont remboursées par la sécurité sociale et il peut vous perscrire des médicaments mais s'il n'est pas psychothérapeute, c'est ce qu'il se contentera de faire : faire une ordonnance.

 

Vient ensuite le psychologue, qui est titulaire d'un diplôme d'état, un diplôme universitaire. Il s'agit soit d'un DESS (Diplôme d'Etudes Supérieures Spécialisées) ou d'un Master, tous deux demandant cinq années d'études universitaires, soit d'une Thèse d'état, qui se prépare en sept à huit ans.

 

Le psychologue n'est pas un médecin, il ne prescrit pas de médicaments et ses consultations ne sont pas remboursées par la CPAM. Néanmoins, beaucoup de mutuelles offrent aujourd'hui dans leur contrat, un remboursement partiel de ses consultations. Il est inscrit au registre ADELI de l'Agence Régionale de la Santé, car le titre de psychologue est protégé par la loi. Ce numéro ADELI est indispensable pour donner droit à un remboursement par une mutuelle

 

L'outil de travail de base du psychologue est la parole. Mais la plupart du temps, il utilise des "techniques" thérapeutiques diversifiées qu'il adapte à la personne qui lui demande de l'aide.

 

Vient ensuite le psychothérapeute, qui n'a pas de formation universitaire en psychologie. Ses consultations ne sont pas remboursées ni par la CPAM ni par les mutuelles.  Il utilise une technique thérapeutique à laquelle il a pu se former, parfois avec de courtes formations ; ils fleurissent à tous les coins de rue : thérapeute en bioénergie, en gestalt-thérapie, en hypnose, en PNL, en EMDR, en EFT, ... Certains comme les psychothérapeutes - psychanalystes peuvent avoir suivi une formation de trois ans.

 

 

 

 

 

Un bilan psychologique

Trop souvent, quand on entend les mots "bilan psychologique", on pense aux enfants, pourtant, un bilan peut se faire à tout âge.

 

Pour les adultes, le bilan psychologique permet d'évaluer les points forts et les points faibles de son fonctionnement, dans le cadre d'une orientation ou d'une ré-orientation dans le contexte de ses études ou dans un contexte professionnel. Il peut également être utilisé, voire demandé par un médecin, après certains évènements qui nécessitent une évaluation et/ou une aide spécifique ; c'est le cas pour les suite d'un A.V.C., après un traumatisme crânien ou encore après une chimiothérapie. Il peut enfin, tout simplement être envisagé pour répondre à certaines questions qui peuvent nous tarauder depuis des années : "Pourquoi ai-je du mal à gérer telles situations ?", "Suis-je Haut Potentiel Intellectuel ?"...

 

En ce qui concerne les enfants, les bilans peuvent être faits à la demande d'un médecin ou d'un professionnel de la santé, à la demande de l'établissement scolaire ou par la famille elle-même. Le bilan psychologique ou neuropsychologique (en fonction du type d'évaluation) est pertinent dans de nombreuses situations ; en voici quelques unes parmi les plus courantes :

 

-  des difficultés dans les routines quotidiennes (troubles du sommeil, troubles de l'alimentation, ...)

- des difficultés comportementales (hyperactivité, troubles de l'attention et/ou de la concentration, troubles anxieux, troubles envahissants du développement, ...)

- des difficultés affectives (trop grande émotivité, dépression, manque de confiance en soi, mésestime, difficultés à gérer la frustration et la colère,  ...)

- des difficultés scolaires (ennui, échec scolaire, ...)

- des difficultés d'apprentissages spécifiques (dyslexie, dysgraphie, dysmnésie, syndrome dyséxécutif, ...)

- une suspicion de Haut Potentiel Intellectuel ou de déficience intellectuelle.

 

Pour en savoir plus sur les bilans, n'hésitez pas à consulter la page qui leur dédiée.

Une aide ponctuelle

La situation la plus fréquente est le sevrage tabagique : Je suis décidé à arrêter de fumer mais j'ai besoin d'aide. L'hypnose ériksonnienne, appelée aussi hypnose thérapeutique est très efficace dans ce type de situation mais pas seulement ; L'hypnose thérapeutique peut également apporter une aide précieuse dans la gestion de douleurs chroniques, dans la préparation d'un évènement important, dans l'apaisement d'une anxiété résistante, dans l'éradication d'une mauvaise habitude ou tout simplement dans la recherche d'une détente, ...

Un soutien psychologique

Sans forcément s'engager dans une psychothérapie, à tout moment de la vie, on peut avoir besoin d'un soutien ponctuel, à l'occasion d'une situation difficile comme une rupture affective, un deuil, une longue maladie, un accident, ... C'est un moment à soi, dans lequel on peut trouver une écoute bienveillante, une compréhension en toute neutralité, un soutien chaleureux.

Une psychothérapie

Parfois une aide ponctuelle ne répond pas à nos besoins, parce qu'elle est trop ciblée ou justement ... trop ponctuelle. Il est alors possible de se tourner vers la psychothérapie qui n'est pas, comme on le croit souvent, forcément étalée sur une longue période. Après quelques entretiens préalables, des objectifs à atteindre peuvent être ciblés, des "techniques" choisies et combinées, comme la thérapie brève, la psychothérapie psycho-dynamique, la psychothérapie psychanalytique, la thérapie cognitico-comportementaliste, ... autant d'éléments dont la personne demandeuse reste maîtresse jusqu'au terme de sa démarche

La psychothérapie par le jeu pour les enfants

Les enfants ne s'expriment pas de la même manière que les adultes, la plupart du temps (surtout pour les jeunes enfants), ils n'ont pas une idée précise de ce qui ne va pas. Le monde de l'imaginaire est leur particularité, qu'ils projettent dans la réalité, au détour d'activités très spécifiques comme l'activité ludique (le jeu), graphique (le dessin) et thématique (les contes, les métaphores, ...). Savoir accepter d'entrer dans le monde de l'enfant, savoir décoder son langage et lui apporter une aide sur son propre terrain, intègrent le défi que représente la psychothérapie de l'enfant par le jeu.

 

Après quelques rencontres d'évaluation (équivalentes aux entretiens préalables pour les adultes), un bilan est proposé aux parents, pour expliquer les problématiques profondes de l'enfant et poser le cadre thérapeutique et ses objectifs. Les séances sont ensuite proposées à l'enfant de manière individuelle. Des bilans réguliers sont proposés aux parents au cours desquels, le suivi thérapeutique de leur enfant et son évolution au quotidien sont partagés, suivis d'éventuelles recommandations.

//www.annuaire.com/psychologue/bollène-84500%22